Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

J'étais poète ... !

Le cœur nu

L'âme en fête

J'étais poète.

Les blanches nues

Se faisaient rues

Et dans ma tête

Erraient des mots

Versés à flots

Sur les pages

Sans images

Du désir renié

Et

J'étais poète!

Rien ne m'égalait

Rien ne m'atteignait

Le ciel au dessous

De mon être immaculé

Se faisait doux

Et coulait en vers

La mort même

Me respectait

Défi extrême

Mes mots sont

Les enfants

De l'éternité

J'étais poète

Tout simplement.

Et puis

La poésie

M'a trahie

Mes mots ont terni

Je n'ai plus qu'à

Rêver au trépas...

 

 

 



30/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres