Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

L’artiste-peintre

Le ciel est gris, les cœurs aussi

Chacun songe à ses soucis.

Des sourires en papier, sans vie

Font grimacer les faces polies.

L'artiste vient ; il dit voilà

Et il étale ses aquarelles ça et là.

Chacun risque un regard et reste béat.

Le bleu éclabousse le ciel de son éclat,

Le rose s'exhale vers les joues jadis pâles ;

Le rouge, le vert, le jaune et l'orange

Libérés en forme de fées et d'anges

Rappellent à chacun qu'il a été enfant.

Et, on se surprend à parler vraiment.

L'artiste, qui laissait faire sa magie,

Ecoutant les compliments, l'air ravi,

Ramasse soudain ses aquarelles.

Mais, chacun se sent déjà pousser des ailes

Et les déploie pour effacer le gris

Et planter les couleurs de la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 



30/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres