Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Le poème de la pluie

Il a tant et tant plu
Sur les cheveux du jasmin
Que j'ai retrouvé le temps perdu
Entre hier et demain.

Il a tant et tant plu
Dans les bras de la nuit
Que ton ombre s'est confondue
Avec le ruissellement de la pluie.

Il a tant et tant plu
Au creux de la mémoire meurtrie
Que ses bleus ont reverdi
Et ses jasmins ont refleuri
Au creux de tes mains.

Il a tant et tant plu
Que la nuit exténuée
S'est livrée à l'aurore
Les yeux encore mouillés
D'une eau indolore
Qui coulait sans répit
Sur les trottoirs des ennuis.

Il a tant et tant plu
Que je n'en peux plus!
Je redeviens stalagmite
Tu redeviens stalactite
Et se referme la corolle
Des amours folles
Dans une éternité de pluie.

Il a tant et tant plu
Sur le pays où je suis née
Sur sa nuit affolée 
De n'avoir pas su
Tenir les promesses
Du printemps en détresse.

Il a tant et tant plu
Que les lambeaux bleus
Ont ruisselé, nus,
Sur les épaules des adieux
Et l'eau de la pluie
Qui me mouillait jusqu'aux os
A fait refleurir les mots
Qui me sont toute une vie.

 



06/01/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres