Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Le poète

Un rayon de soleil aussi fin qu'un cheveu

S'est mis en tête de me hanter la tête.

Il y a erré, il m'a semé

Ses grains au quatre coins

De mes pensées.

C'était des grains de musique

Ou de mots ou de couleurs.

Des arabesques de bonheur

Sont nés de ses caprices

Tels des feux d'artifice.

Et, me voici poète

La tête en fête ?

Avec un rayon de soleil

Aussi fin qu'un cheveu

Lové au beau milieu de la tête.

Posez la main dessus

Et vous verrez un grain de soleil

Vous mener au pays des merveilles.

 



30/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres