Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Me voici...

Me voici

 

Me voici.

Me voici, je viens frapper à ta porte,

Poésie.

Me voici, je viens, offerte et inerte,

Poésie,

M'étendre sur ton lit, jouer avec tes draps…

Poésie, ne me repousse pas.

Ton parfum de nuit est fait de mots matures,

De caresses pures.

Laisse-toi aller, Poésie, je t'aime.

Laisse-toi aller, Poésie, je t'aime

Laisse-toi aller au fond de mon âme

Habite-moi !

Poésie, muse meurtrie par les profanes

Tu sais me reconnaître !

Me voici, je viens, dans tes bras, renaître.

Et, chaque fois que les blasphèmes me terrassent,

Je rampe vers ton temple

Poésie.

Et je pose ma tête chavirée sur ton genou !

J'embrasse tes doigts créateurs

Je m'abandonne à ton amour fou,

A tes baisers enchanteurs.

Poésie….

Tu te relèves, ma rêve, mon rêve ;

Et moi, j'emporte le poème embryonnaire

Tel une couronne de lumière….

Et, me voici, ma vie, je t'écris

Pour que tu berces ma poésie.



29/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres