Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Semaine inhumaine

Lundi,

Les hebdos jonchant les kiosques
Dégoulinent d'encre sur du papier silence

Mardi,
Une tête décapitée hurle" Je n'ai pas tué"
Ses cheveux, dans ma soupe, mutent en branches.

Mercredi, 
Un homme de lumière pose sa tête tranchée 
Sur mon torse, y imprimant son acte de naissance

Jeudi,
Ma cage thoracique s'intoxique, oserais-je tousser?
Partout, pourtant, odeur de la chair brûlée
Grésillements de la démence
Vendredi,

Flagellée à en devenir cinglée
J'erre dans mes prières et ne peux y croire!
Le rêve des mots est maintenant cauchemar

Samedi,
Il pleut encore des tisons à foison
Dans la suie de la déraison
Je ne sais plus qui je suis
Ou même si j'ai une vie

Dimanche
Apparition!
Un enfant lève les yeux vers mon silence
Ne lui avais-je pas promis un monde fleuri
Un avenir aux couleurs de ses rêves? 
"Je n'ai rien fait! de quoi tu me punis?
Tu me lègues un monde qui crève!"
Je baisse les yeux sur mon impuissance!



06/01/2016
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres