Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Si je meurs...

Si je meurs
Si je meurs, n'exhibez pas mon corps
Qu'il ne soit pas couvert de mort
Ne partagez pas mon visage pétrifié
Et mon regard vitrifié
Ne publiez pas mon corps désarticulé
Mes fringues en poussière le couvrant à peine
Et mon sang coagulé
Sur vos journaux Fb, vos Pictwitters et autres sites
Je suis vivant et vous me demandez l'autorisation
De partager la moindre de mes publications
Et je vous vois exhiber des cadavres lynchés
Et des visages blancs
Qui vous dit que les morts vous appartiennent?
Moi, si je meurs et je mourrai
Je voudrais, tant que je suis ici-bas
Déclarer que mon cadavre m'appartient 
Et m'appartiendra dans l'au-delà.
Mon visage vidé d'émotions
Et mon corps immobilisé dans une position
Que je ne saurai deviner à l'avance
Je voudrais les voir couverts de blanc
Et non exposés comme une curiosité.
Dénoncer, dites-vous? 
Ah, depuis le temps que ces chefs-d'oeuvre 
Circulent sur les réseaux et à la télévision
Les coeurs sensibles s'y sont faits
Et continuent à se goinfrer devant leurs écrans
Tout au plus, on clique j'aime
Ah! vous aimez ! 
Pas mon cadavre à moi, s'il vous plait!
Et les plus hardis hasardent un commentaire
Et s'engage une chaude discussion
Puis, tout s'éteint et on vaque à ses affaires
Et l'horreur continue, sans distinction
Ni de lieu , ni de temps...
Est-ce Gaza, Syrie, Lybie, Chambi ? 
Ce cadavre-ci me rappelle un visage ami
Celui-là gueulait pour un rien lorsqu'il était en vie
Et cet enfant rêvait à un grand voyage
Et cette fillette venait d'habiller sa poupée
Pour un fictif mariage
Cette femme aimait sans espoir
Et ce jeune homme marchait dans le noir
Et ce visage au crâne dehors
Se creusait la tête pour sortir d'un pétrin
Les voilà tous catapultés dehors!
Et les vautours s'emparent des photos
Pour les partager à gogo !
Et les missiles tombent encore et encore
Et les fusils visent de mieux en mieux
Et les couteaux grincent à la vue des gorges
Et ... et si je meurs
Respect, messieurs dames!
Qui vous dit que les morts ne sont pas parmi nous?
Qui vous dit qu'ils ne voudraient pas se couvrir de blanc
Et dormir enfin sans ce bourdonnement
Des moteurs de recherche qui les défigure 
Si je meurs
Je voudrais garder mon sourire
Et ma robe d'été
Si je meurs et je mourrai
Respect, svp !

photo_20140326_003922.jpeg



08/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres