Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Un conte de fée


 

 

 

 

Rêver à l’âme sœur

Trouver l’oiseau rare

Epouser le prince charmant

Et voilà…tout est dit !

Le conte de fée est fini !

Le lendemain des noces

Votre cher beau-gosse

Redevient crapaud

« Plus besoin de faire le beau

Madame n’y avait vu que du feu

Quand je faisais vibrer ma queue !

Maintenant, c’est l’heure de la vérité

Crapaud je suis, crapaud je resterai ! »

« Un crapaud dans ma vie !

Au lieu du doux mari !

A en croire mon cher miroir

Même sans trace de fard

Je ne suis pas grenouille, moi !

Donc, je me suis laissé avoir !

Et mes rêves s’avèrent cauchemars !

Qu’à cela ne tienne, chéri !

Puisqu’on est mariés pour la vie,

Je te transformerai au fil des jours

En cabot et pour toujours !

Ma mère ne disait-elle pas

Que tous les hommes sont des chiens

Et qu’il suffit de bien mater le sien

Pour filer des jours heureux ? »

Bien fait pour les vilains messieurs !

Entre toutou et crapaud

Celui qui sait faire le beau

Est de loin meilleur

Que celui qui écœure !

Et depuis, c’est le bonheur parfait

Béni par toute la société.

Quand à l’amour, il est aux oubliettes

Rongé par les mites, réduit en miettes !

Apprenons à nos fillettes

A ne plus croire à l’oiseau rare

Ni à l’âme sœur, ni au prince charmant

Car il y a crapaud derrière chaque enchantement

Vive les mariages de raison !








14/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres