Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Union sacrée

Page blanche, immaculée

Je viens à toi.

Page loyale, page offerte

Contiens-moi.

Dis, sauras-tu

Me laisser te parcourir

Sans te lasser ?

Dis, pourras-tu,

Toute entière me contenir

Sans me serrer ?

 

Dis, vivras-tu,

De mes mots imprimés

Sans les déformer ?

Page vierge,

Page stérile

Je viens te féconder.

Ramasse-toi

Et couve mes délires

Pour que le poème jaillisse !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



29/08/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres