Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Je ne sais

Je ne sais si je suis captive du poète en fusion

Si ses mots ont tissé les barreaux de ma prison

Si son aube a rejoint mon crépuscule sanglant

Pour me prendre vers ses cieux incandescents

 

Poète, scrute mon front, tu y verras des vers

Tu y liras ton nom incrusté en lettres fières

Et un sentier étroit menant je ne sais où

« Vers le large de mes dires les plus fous

 

Vers le verbe qui verse son averse et lave

Vers mon feu, vers mon sang, vers ma lave ! »

  Mais mon corps repenti avant d'avoir osé

Suppose mille tortures si tes mots l'atteignaient

 

Et je ne sais que dire aux frissons en attente

Aux murmures alanguis, à ces forces latentes

A mes cheveux au vent dont les boucles folles

Dessinent des mots de joie dans leurs farandoles

  

Et si jamais tu me passais ta chaine au cou

Je pourrais y voir le plus beau des bijoux !

Poète, je ne sais si tu seras alors assez téméraire

Pour explorer mes rêves et habiter mes terres.



30/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres