Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

L'impuissance des mots

Les mots ne savent plus parler

Ils s'enchevêtrent en non-sens

Dès que je les tisse pour lui.

Les mots, mon territoire

Mon vrai miroir

Me disent qu'ils abdiquent

Pas assez physiques

Pour me refléter !

Oh, mots, sans vous, comment lui dire ?

Ce qui me fait tant languir ?

Ce « je t'aime » que vous me jetez

N'est que trop fade pour la vérité !

Dites, mots, dites !

Ce que je ressens d'insensé

En syllabes enchainées

Qui sauront l'amarrer

A mon port désert

Nous ne pouvons, chérie !

Ta flamme n'est pas d'ici.

Est-elle de l'enfer ?

Est-elle du paradis ?

Nous ne savons, nous !

Pauvres de nous !

Mots ayant cru pouvoir tout dire

Voilà que l'amour s'élève en zéphyr

Et nous éparpille et nous écartèle

Nous nous sommes mis  à genoux

Devant ce maitre absolu

Qui échappe à notre dévolu

Pardonne-nous, chérie

Notre impuissance à dire ton cri !

 



30/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres