Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Amertume

 

Mer, je te hais

Je te hais à m’en plus pouvoir

Je te hais parce que je te porte en moi

Et que je sais

Mer, tu es laide

Et fausse comme la vérité

Tu es délicieuse

Tu coules en nous

On ne peut pas t’échapper

Mais, moi, je te hais

 

 

Je reste sur tes bords

Contemplant l’humanité fondante

Et je lève la tête vers le soleil

Qui me reprendra, un jour.

 

 

 

 

 

 



09/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres