Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Automne

Automne

Crépuscule des saisons

Ton soleil verse son or doux

Sur mon cœur brûlé

Par les canicules de l’été

Tes feuilles jaunies à force d’avoir vécu

Font craquer les souvenirs

S’effeuiller les illusions

Emportées par le vent fou

Pressé d’en finir

Semant à chaque coin de rue

Un espoir qui mijotera à feu doux

Durant l’impassible hiver

Dans les tréfonds de la terre

Pour ne montrer le bout du nez

Que vers la fin de février

Accueilli par l’aube des saisons

Métamorphosé en fleur, en oisillon

Bonheurs  déployant ailes et pétales

Qu’attend l’été ardent

Pour les remettre suant et craquelant

A l’automne au grand cœur.

 

 



06/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres