Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Ramadan

Ramadan approche à pas de géant

J'adore ce mois de jeûne et de prière

La faim qui sillonnera mon ventre à longueur de journée

Me rappellera à l'ordre et je pleurerai pour les enfants

Qui n'ont pas un croûton de pain à se mettre sous la dent

Je donnerai à manger au chien errant qui vient aboyer

A ma porte au lieu de tout faire pour l'éloigner

Le poison de la soif qui coulera dans mes veines

Me rappellera que je ne suis qu'humaine

Et qu'une goutte d'eau décide de ma mort ou de ma vie

J'arroserai alors tous mes rosiers pour les remercier de leur fragrance

Et lorsque, selon la tradition, la table sera mise

Avant de me désaltérer, je remercierai en silence

Yeux baissés sur mes pensées, la douce Terre de son abondance

Mais je ne saurai festoyer car mes pensées seront prises

Par l'image d'un enfant aux grands yeux

Qui, dans un instant les fermera pour habiter les cieux

Car il est né dans un coin de cette Terre

Qui n'est qu'un lopin d'enfer

Et le sabre de la faim transperce son âme

Au moment où je me gave de viande rôtie et de fruits

Et je rêverai de jeûner à vie

Si cela peut le nourrir et poser sur ses lèvres un sourire!

Puisse ce Ramadan-ci rappeler à ceux qui n'ont jamais faim

Que sur une même planète, d'autres ne connaissent pas le goût du pain !

Et pourtant, ils sont vivants ! ils sont humains!



30/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres