Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Le mendiant

Donnez-moi, s’il vous plait

Un poème pour nourrir

Mes petits mort-nés

Un poème pour couvrir

Mes cadavres debout

Un poème pour le courroux

De mes larmes taries

Et les cris de loup

En moi tapis

Un poème pour oublier la fin

Un poème dans ma main

Tendue vers la vie creuse

Un poème pour que demain

Terrasse l’assoiffée tueuse

S’il vous plait, un poème

A hurler en moi-même

Un poème surgi des tombes

Ou tombé du ciel blême

Un poème pour la nullité

Pour les débris d’éternité

Un poème à rugir

Un poème, menue monnaie

Des mots creux à périr.

 



06/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres