Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Les mots aussi !


 

Les mots aussi m’ont abandonnée

Sur le rivage du silence cruel

Et son sable m’enlise les pieds

Je ne peux ni bouger ni crier.

Depuis que tu as repris

Ton cœur et ton corps

En reconnaissant tes torts

En t’excusant, confus

Disant que tu n’en peux plus

De me faire croire

Que l’amour existe encore

Les mots ont suivi tes pas

Ils ont sauté dans tes bagages

Me laissant pleine d’images

Impossibles à décrire

Me livrant au silence ravageur

Qui me glace le cœur.

La mort commence par un mot

Qu’on ne peut dire malgré son urgence

Et son froid inimitable

Est parent proche de ce silence.

 



26/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres