Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Plénitude

J'avais soif de toi
Et la coupe de tes lévres m'a désaltérée
J'avais faim de toi
Et j'ai croqué tes mots pour me rassasier
J'avais si froid
Et ton manteau de caresses m'a réchauffée
J'avais si mal
Et rien que ton sourire m'a pansée
Tu avais soif
Et tu as bu à mes mots frais
Tu avais faim
Et tu m'as croquée à pleines dents
Tu as froid
Viens dans mes bras, cher amant
Tu as mal
Je te porte comme une mère son enfant
Et nous avançons
Vers la cime d'une montagne priant
Pour que s'accomplisse notre union.



06/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres