Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Résurrection

Aurait-il suffi qu'un sourire fleurisse

Sur les lèvres de mon prince à moi

Pour que l'enfance reverdisse

Dans mon cœur flétri par les coups bas ?

 

Serais-tu celui dont a rêvé mon âme

Sans trop y croire, juste pour ne pas périr ?

Saurais-tu parler à mes flots de larmes

Et en faire de grands éclats de rire ?

 

Pourrais-tu caresser l'infinie blessure

Tracée par le temps cruel et profane

A travers mon être terrassé d'injures

Et en faire un tracé dont ton nom émane

 

En fleuve d'éternelle reconnaissance

En rose épanouie par ta présence

En brise répandant les plus pures essences

De ton Amour, annonçant ma renaissance ?                   

 

 

 

 



30/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres