Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Tristesse de la pluie

Goutte à goutte, le Ciel s'égoutte
Et s'écoule jusqu'à la dernière goutte
Au sein de cette bonne vieille Terre.
Elle se couvre de pleurs et de boue.
Il y de la joie suspendue dans l'air,
Des clapotis de rires et des jeux fous.
Après avoir bu aux flaques de sang brûlant
Essuyons les grosses larmes coulant
Sur nos joues griffées par les temps mauvais
Et rendons à nos regards leurs lueurs gaies.
Après avoir erré, hagards, sur une planète
Dévastée par une armée plus noire que les nuits
Souvenons-nous que notre Terre-mère
Est notre antre, notre gîte, notre unique repère
Et offrons nos visages au Ciel bleu-pluie.
Il sait tout, il a tout vu, il saura pleuvoir
Jusqu'à semer en nous les grains de l'espoir.
La douce pluie qui fait des dômes d'eau
Pénétrera jusqu'aux fonds des tombeaux
Et ceux qui nous sont chers seront désaltérés;
Remonteront au ciel lorsqu'elle se sera évaporée.
Voilà pourquoi il pleut tant aujourd'hui !
C'est pour ramener nos morts à la vie!
Ils seront le prochain ciel opaline,
Bleu vif, bleu roi, bleu tendre, bleu marine
Et nous serons les soldats du jour nouveau,
Armés de raison, d'art, de joie et de mots.



06/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres