Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Angoisses

 

 

Je marche dans un nuage grisâtre

Chaque pas s’enfonce dans le sang coagulé

De mes idées agonisantes

Je lève sur les autres des yeux chiffonnés

Et vers mon visage des mains tremblantes

J’avance dans une  dimension nouvelle

Dans un mur, dans un fil, dans le néant

Et je regarde à travers une barrière cruelle

Les autres respirer comme je le faisais avant.

 

 

 



26/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres