Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Arc-en-ciel

Violet mélancolique et pourtant serein
Bleu de sang, angélique mais d'acier
Vert immature malgré sa fécondité 
Jaune d'automne dont la lueur s'éteint
Orange juteux aux reflets sanguins
Rouge des extrêmes exacerbés
Indigo de l'âme au sillage incertain.
Myriade de couleurs en couronne
Consolant éther de ses pleurs.
Et moi, avec mes larmes de madone 
Et dans ma quête stupide du bonheur, 
J'ouvre mes bras en arc-en-terre
Et je cours vers le chaudron d'or
Auquel je crois encore très fort
Pour y verser le blanc de mes pensées
Et y guérir du noir qui les a tant habillées...
Et encore une fois, j'arrive trop tard!
Le soleil, déjà, me toise d'un air sévère 
Alors, penaude, je rentre faire des vers.



06/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres