Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Carte d’anniversaire

Je n'aurai jamais dix ans

Ni quinze, ni vingt, ni cent.

Range les bougies, maman

Et prépare mon enterrement

Pleure, mais pas tant

Serre-moi tendrement

Puis, repose mon corps inutile.

Tu me disais fragile,

Pourtant, maman

Je n'ai rien senti

Quand la balle de l'ennemi

M'a traversé le cœur.

J'ai tout  juste vu mon sang

Eclabousser le visage du soldat

Qui avait tiré.

Il a reculé

Cherchant à s'essuyer

Mais il était aveuglé

Par mon sang qui fumait.

Il gesticulait.

Alors, j'ai ri

En quittant la vie,

La veille de mes dix ans

Mais,

Peu importe, maman !

Neuf anniversaires, c'était suffisant.

 

 

 

 

 



30/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres