Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Dans une autre vie

Dans une autre vie…

 

Dans une autre vie, les fleurs enfantaient des étoiles

Les fées jouaient avec des papillons de lune de miel

Les rires dansaient dans des forêts tropicales

Et le soleil était éternel et la chair immatérielle

Tu m’aimais.

 

Dans une autre vie, j’étais pétale de rose frêle

Aile de Séraphin voltigeant autour de ta corolle

J’étais Houri baignée de satin, sublime et irréelle

Chuchotant à Eros mes idées les plus folles

Je t’aimais.

 

Dans une autre vie, tu coulais, divin nectar,

En mes veines et je dormais au creux de ta paume

Je m’abreuvais de ta voix et de tes regards

Tu cueillais des nuages et m’en faisais des psaumes

Tu m’aimais et je t’aimais.

 

Dans une autre vie, nous avions des peaux magnétiques

Nos chairs, souvent, jouaient à se désintégrer

Nos âmes habitaient des palais magnifiques

Des elfes faisaient les récoltes de nos pommiers

Nous nous aimions.

 

Dans cette vie-ci, des barbelés nous séparent

Des nids de vipères jonchent les chemins

Les jours passent comme des corbillards

Le destin a été imbibé de gouttes de venin

Je t’aime encore !

 

Et je t’invente à ton image, doux mirage

Et je ferme les yeux sur ton visage

Et je ferme tes yeux sur mon rivage

Et je me love au creux de la page

Miraculeux vaisseau qui voyage

Vers les vies antérieures

Vers les rêves, vers les chimères

Vers la céleste cité du bonheur

Où nous attend notre chaumière.

Dans une nouvelle vie peut-être

Le son de ta lyre me fera-t-il renaître.

 

 



06/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres