Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Les inconnus

Elle?
Peut importe son nom
Elle a des yeux brillants, friands
Et des rires un brin chocolatés.
Ses cils dessinent des petits "je t'aime"
Sur les terribles murailles de la haine.
Lui?
Il porte ton nom
Il la regarde longtemps, alléché
Et sourit soudain à l'idée
De devenir, un jour, son amant.
Ses doigts tremblent en écrivant
Des mots insensés sur les murs du temps.
Moi?
Vous ne saurez jamais qui je suis
Même si je vous le dis.
D'ailleurs, là n'est pas la question!
Moi, je les ai croisés un moment
Mon chemin n'est pas le leur

Je m'éloigne sous la bruine, une larme au coeur.

 



07/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres