Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Les pensées du ciel

Les nuages sont les pensées du ciel
Et lorsque j'y pose un rêve
Ils sont mes messagers.

Les oiseaux sont la joie du ciel
Et lorsque s'élance la mienne
Je vois s'envoler des fées.

La pluie est un nectar frais
Puis-je pleuvoir en toi
Et te couronner d'éternité?

Le soleil dore l'azur tendre
Et la plage céleste empreinte
A ma peau, son grain frémissant.

La lune est un fruit défendu
Lorsque je grignote ses bords
Un croissant fait voler en étoiles
Sa rondeur et mes soupirs.

Le vent, le vent ! ah, si je pouvais 
Etre du vent et pousser les nuages
Etre du vent et décoiffer les fées
Etre du vent et souffler en toi
Etre du vent et rester sage
Etre la brise des nuits d'été
La respiration de ta moindre pensée
Puisque tu es partout là où je vais!

Ciel , ô ciel, si un jour je lève les yeux
Et que tu n'es plus là, c'est que j'aurai 
Traversé brillamment tes couches éthérées
Et j'aurai été du vent ! du vent qui a osé
Souffler si fort que des mots sont nés!



08/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres