Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Les politiciens

                       

Y en a à la pelle

Selon un même modèle,

Les politiciens.

Vus de loin, ils sont intellect

Vus de près, c’est infect.

Pour eux, l’art de discourir

C’est parler pour ne rien dire.

Ils ont des idées bien tissées

Et pensent même à ta place ;

Et si jamais tu as l’audace

De ne pas être d’accord

Ils te démontrent que tu as tort.

Ils ont l’art de l’hypnose

Et si jamais tu oses

Ne pas te laisser endormir

Ils te traitent de vendu

Et te voilà perdu !

Les politiciens

C’est une race à part.

Du matin au soir

Ça cogite sans relâche,

Ça décide à ta place,

Ça parle démocratie

Et veut le bien de la patrie ;

Ça te traite de traitre

Si tu prends la liberté d’être

Patriote pas à leur façon.

Ils sont seuls à avoir raison

Les politiciens !

 A droite et à gauche,

Partout ça cloche

Dans les promesses de ces messies

Très à la mode aujourd’hui.

Moi, j’en ai pris mon parti,

Des politiciens !

Je m’en vais vivre ma vie

Sans leur demander leur avis,

Et quand j’aurai besoin de me distraire

J’en regarderai un braire

Sans m’émouvoir ni me leurrer

Car, à bien y penser

Un politicien, ça fait pitié.

C’est un type qui demande à s’assoir

Rien qu’à s’assoir…

Sur la chaise du pouvoir.

 

                                                                         Vendredi 4 février 2011        



22/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres