Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Pénombres

Pénombres

 

 

L’aube rêvait, son rêve avait des ailes

Et réveillait le sommeil des pucelles

Le ciel versait ses étoiles aux creux

Des mains tendues, brulant d’un tendre feu

Les yeux, sur le big-bang se refermaient

Et le rêve que l’aube avait formé

Buvait sans violence aux corps engourdis

Après,  le dernier sursaut de la nuit

Faisait place nette au soleil cruel

A ses dards envenimés de réel.

 

 

 

 

 

 

 



09/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 23 autres membres