Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Rencontre

 

Qui es-tu, visage fleuri d’expressions diverses ?

Qui es-tu, personnage papillonnant autour de ma vie ?

Qui es-tu, toi qui as aiguisé ce qui me transperce ?

Qui es-tu, si ce n’est un parfum d’infini ?

 

 

Tu as surgi soudain

Comme un signe du destin

Et tu t’es adressé à l’être en moi

En parlant d’humanisme et de foi.

Alors, je suis redevenue confiante

Et  j’ai déployé mes forces latentes

Pour t’écrire ce poème

Et te parler de moi-même. 

 

Hélas !

Tu serais déjà un souvenir monumental,

Un destin clandestin.

Mais ça ne sera pas normal

Ni honorable, ni même humain

Que j’accepte de laisser le temps

Froisser ton souvenir éclatant.

 

 

 



04/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres