Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Sans éclat

Sans éclat

 

Si je pouvais partir

Je t’aurais dit tes quatre vérités

Je t’aurais claqué des portes au nez

Si je pouvais partir

J’aurais cassé la vaisselle

Et déchiqueté mes dentelles

J’aurais crié tant et si bien

Que j’aurais eu les voisins pour témoins

De tes bassesses, de tes trahisons

 

 

Mais,

Je dois rester

Alors, j’écoute la raison

Et je nous prépare calmement

Un café noir

Comme mes idées

Et puis, zut !

Allez, on discute…

 

 

Il faut faire semblant

Pour le bien des enfants

Et répéter ce qui n’était

Qu’une scène de ménage sans gravité

Puisque je ne peux partir

J’habille mon visage de  sourires

Et je me surprends à me mentir

Et je me laisse doucement mourir

C’est à ce prix qu’on doit murir

Partir en restant

En faisant semblant

Soi-disant

Pour le bien des enfants….

 

 

 

 



09/09/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres