Les vers se versent en averse

Les vers se versent en averse

Vacillement

Lorsque le doute assassin

S'insurge en tumeur

Et glisse en malin

Tout en douceur

Vers le beau rêve cultivé

Au fin fond des pensées

Le rêve pur chancelle

Et bat de l'aile

Alors, je viens à son secours

Et lui parle d'amour

Mais le tueur cruel

Reprend de plus belle

Son travail ravageur

Et le rêve qui m'habitait

Commence à déserter

Je me débats et lui crie :

« Reviens-moi ! reste en vie !

N'écoute pas cette voix

Qui te détruit ! »

Alors, le doute mesquin

Donne le coup de grâce

Et l'amour s'efface

Me livrant à ses requins.

 

  



29/08/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 24 autres membres